Bonjour.

L'oiseau léger se posa sur la tête mourante,

Malgré les soldats et la foule délirante,

de la pointe de son bec vif et adroit

il ota une épine blessant le front du Roi.

L'oiseau léger ,indifférent à l'ombre naissante

tout entier occupé à sa besogne urgente

ne sentit la brûlure qu'après la seconde ultime

sa poitrine s'empourpra de la sève intime.

L'oiseau léger poursuivit son oeuvre touchante,

adressant à Dieu une ode trébuchante;

retenez mon souffle quelques secondes encor'

avant que j'abdique en ce sinistre corps à corps ,

L'oiseau léger exangue à l'aube naissante,

offrit à l'unisson sa vie innocente

affligée le Lune que la mort exaspère

le déposa en douceur entre les mains du Père...

Justine Claire...Texte écrit en 1998

Le sacré-Coeur de Montmartre.photo personnelle