Venez! venez !madame il est par là....timidement je suivis le monsieur qui nous avait proposé un petit chien le matin même au marché.rencontre fortuite ...discussion tournant sur les chiens alors que nous achetions simplement de la salade.Mon mari et moi avions accepté d'aller sur place voir ....le chien.
Avancez!il est là sous le tilleul....je ne vis rien et puis...il était à moitié entérré dans les racines de l'arbre.Oh! mon Dieu dis-je tous bas ...

le prenez-vous?

Oui!
j'avais améné une laisse au cas où...

entre lui et moi ce fut une affection immédiate ..;réciproque....Il était adorable....obéissant; .
je n'avais pas d'enfants; ma famille était loin, j'étais en déplacement ;mon mari travaillait sur les chantiers.
je passais de longues   heures avec ce petit Mambeau ....si beau avec ses yeux maquillés , son poil hirsute...son nezfouineur.

j'ose dire que je lui parlais sans arrêt . j'ose dire qu'il me comprenait et qu'il me répondait par de petits jappements.je l'amenais partout avec moi, faire les courses , dans la voiture, en promenade.Il montait sur ma table quand je cousais ou faisait du cenevas....

Un soir de Décembre à la tombée de la nuit, entre chien et loup alors que nous traversions une toute petite route de campagne ; chercher un peu de bois à la fagottière , j'entendis comme un choc.je crus que la voiture était passée dans un (nid de poule) vous savez ces ornières traitresses pour les pneus   ....soudain j'entendis des pleurs; des gémissements...mon coeur cessa de battre...je réalisai que c'était mon Mambeau qui m'appelait ...je le vis...me jetai à genou..;prit sa tête entre mes mains...il rendit l'âme aussi simplement que "ça"   un claquement de doigts.....

Il repose sur les bords de la Dordogne sous une pierre de taille...est-ce qu'on a le droit de pleurer un chien....je m'accorde ce droit pour toujours....je l'aimais......Justine